Découvrir l’équitation western

equitation western
Vous êtes pressé(e) ? Prenez un raccourci 🔽

Avant de devenir l’équitation western telle que nous la connaissons aujourd’hui, cette pratique sportive est née d’une forme d’équitation de travail originaire des États-Unis. En effet, cette discipline avait pour objectif de gérer les troupeaux de vaches dans les ranchs (conduite et tri du bétail). Mais l’univers western a bien changé. Aujourd’hui, il regroupe de nombreuses disciplines pour convenir à tous les goûts. Oubliez les films sur les cow-boys, on vous emmène avec nous découvrir l’équitation western et toute son étendue (pas si) sauvage.

Qu’est-ce que l’équitation western ?

Pour déplacer le bétail au XIXe siècle aux États-Unis, les cow-boys inventent une équitation de travail. L’équitation western est née. À cette époque, pas question de perdre une vache ou un veau en chemin. Les chevaux des cow-boys nécessitent alors un dressage fiable et très précis. Sans oublier que le chemin était long. L’endurance est alors un critère fondamental.

Somme toute, le cheval devait à la fois faire preuve de réactivité face aux demandes. Mais aussi savoir s’économiser pour justement garantir cette disponibilité à toute épreuve. Dès lors, quelles sont les bases de l’équitation western ? Puis-je tenter avec mon cheval ou faut-il une race de chevaux spéciale pour pratiquer l’équitation western ?

Les bases de l’équitation western

L’enseignement de l’équitation western diffère de celui de l’équitation classique. Avant de monter à cheval, on apprend à comprendre le cheval pour communiquer plus efficacement avec lui une fois en selle. Autrement dit, en western, on commence par les bases du travail à pied.

La progression du cavalier est donc plus rapide. Car savoir exprimer des demandes à un cheval et qu’il les comprenne reste un palier considérable lorsque l’on débute l’équitation. C’est pourquoi d’extérieur, on a tendance à penser que la monte western est plus simple. En réalité, l’apprentissage tout comme les exigences s’avèrent différents.

Quel cheval pour pratiquer l’équitation western ?

Tous les chevaux se révèlent aptes à pratiquer l’équitation western. La nuance se joue sur les performances en compétition. Il est cependant impossible de nier l’avantage des races de chevaux américaines. Dans un sens, elles ont été sélectionnées dans l’objectif de répondre aux exigences du travail en troupeau. Les chevaux de race américaine sont reconnus pour leur calme, leur réactivité et leur souplesse.

Voici les races mythiques que l’on retrouve le plus souvent en équitation western :

  • les Quarter Horse,
  • Appaloosa,
  • les Paint Horse,
  • et les Mustangs.

Les disciplines western

L’univers western regroupe plus de 200 disciplines. Elles sont toutes en lien avec l’histoire de cette pratique. En effet, elles représentent toutes des qualités essentielles pour gérer un troupeau. Comme quoi, l’équitation western est loin de se résumer au rodéo.

Les disciplines western les plus connues et enseignées sont :

  • le reining,
  • la performance,
  • et la vitesse.

Cela ne vous dit rien ? Chaussez vos santiags, nous allons à leur rencontre.

les disciplines de l'équitation western

À la découverte du Reining

Le Reining est la seule discipline reconnue par la Fédération d’Équitation Internationale (FEI). Une épreuve de Reining ressemble à une épreuve de dressage classique dans l’esprit puisque le couple cavalier/cheval doit réaliser une série de figures imposées. Elles sont notées individuellement et forment à la fin le total des points obtenus par le duo. Ce sont la vitesse et la technicité qui sont mises à l’honneur en Reining.

Le compétiteur entre dans l’arène avec 70 points. À lui de tout faire pour en conserver un maximum ! L’enchaînement de ces figures western imposées est nommé pattern. Parmi celles que l’on rencontre en compétition il y a par exemple :

  • reculer en ligne droite,
  • un huit de chiffre,
  • un changement de pied,
  • le demi-tour au galop, sur les postérieurs (roll-back),
  • le tour à 360° (spin),
  • l’arrêt glissé en ligne droite (sliding stop),
  • des cercles de tailles différentes,
  • et un arrêt final.

Le tout en ne tenant les rênes que d’une seule main ! Eh oui, il faut bien tenir le lasso de l’autre…

Les autres disciplines de l’univers western

L’équitation western est riche dans le sens où chacun peut trouver une discipline qui correspond à ses envies. C’est pourquoi la Fédération Française d’Équitation (FFE) met en valeur d’autres disciplines western que le Reining telles que le Barrel Race à travers l’organisation de compétitions. Le Barrel Race est une course contre la montre sous la forme de circuit qui représente un trèfle matérialisé par des tonneaux. Une démonstration de vitesse et de précision à couper le souffle !

Le Showmanship est une autre discipline western qui consiste à réaliser un parcours avec son cheval en main. Elle met en avant la qualité de la communication entre le cavalier et son cheval. Tout comme le Trail In Hand. Mais cette fois, le pattern est encore différent. L’objectif de cette pratique western est de prouver que le duo cavalier/cheval est en mesure de faire face à toutes sortes de difficultés rencontrées en extérieur. La capacité d’ouvrir ou de fermer une barrière, le saut de troncs et le reculer font par exemple partie des dispositifs évalués.

Où pratiquer l’équitation western en France ?

Certains clubs proposent des activités ou des stages western. Alors que d’autres y sont pleinement consacrés. À vos recherches, si vous avez la chance d’avoir des activités western à proximité de chez vous, foncez essayer !

Quels équipements pour pratiquer l’équitation western ?

Contrairement aux idées reçues, il ne suffit pas de mettre une selle western à son cheval pour monter à la manière des cowboys d’antan. Lorsque l’on débute, pas besoin de s’encombrer. Les établissements prêtent le matériel nécessaire à cette pratique.

En western, on mise sur le confort, la sécurité et la tradition. Le matériel est facilement reconnaissable par son esthétique très travaillée et colorée. On retrouve d’abord la selle avec son pommeau apparent et le tapis de selle rectangulaire plus épais. Et enfin, les bridons western. Ils sont caractéristiques car ils ne disposent pas de muserolle contrairement à ceux utilisés en équitation classique.

Comment apprendre cette discipline équestre ?

Pour découvrir l’équitation western, nous vous conseillons de réaliser un stage. C’est l’occasion parfaite pour découvrir les bases de l’équitation western et quelques-unes de ses variétés. Si la discipline vous botte, recherchez un club pour prendre des cours. Et qui sait, peut-être vous accompagner vers le sentier des compétitions ? 🤠

Crédits photos : Chevalpassion.fr

Découvrez nos contenus 100% équitation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *